Terezin, l’imposture nazie

A 70km de Prague, à Theresienstadt, l’empereur d’Autriche Joseph II (XVIIIeme siècle) fit
bâtir une forteresse. 12 portes la ceignent et lui donnent la forme typique d’une étoile.
Les lois de Nuremberg passées, la machine concentrationnaire et exterminatrice en marche, les nazis y déportent et y enferment les juifs de Bohême Moravie. Le ghetto se vide et se remplit au rythme des déportations et des transferts vers Auschwitz-Birkenau dès 1942.

Lorsqu’en 1943 La Croix Rouge Internationale demande à connaitre le sort des déportés, Terezin est choisi par l’administration nazie comme décorum à un mensonge tentaculaire sous la forme d’un film de propagande « Le Fuhrer offre une ville aux Juifs », destiné à tenir secrète la solution finale. La citadelle est restaurée, un kiosque et une bibliothèque à musique sont construits, des jardins plantés, des activités artistiques et culturelles encouragées par les besoins du mensonge, une fausse école est ouverte.

Le 27 juin 1944, le Docteur Rossel envoyé par La Croix Rouge Internationale ressort médusé par sa visite à Theresienstadt: en pleine guerre, les juifs mangent, rient et s’amusent ! Rossel rend un rapport enthousiaste, illustré des 36 photos qu’il aura prise sur place. Ainsi renvoie-il par là-même les détenus dans la machine infernale de la solution finale, le gaz et la crémation.

De Terezin, il nous reste quantité de dessins, de poèmes et de textes, d’enfants et d’artistes. C’est par ces témoignages uniques que nous vous proposons de découvrir les dessous de cette
imposture historique.


générique

Musique Originale : Eric Slabiak

Mixage : Benoit Giret

Image : Richard Copans
Son : Baptiste Houssin & Morgane Danan
Direction de production : Sonia Mosbah-Rouis
Montage : Bertrand Amiot

Producteur : Charlotte Uzu – Les Films d’Ici
Partenaires : Fondation Rotschild et Fondation mémoire de la shoah
Diffuseurs : Toute l’histoire